Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 08:53



J’ai fait réaliser ma première carte de visite à l’occasion de ma première exposition au festival de Montier-en-Der en 2007. Le stock est maintenant à plat et je l’ai donc renouvelé tout dernièrement, occasion pour moi de changer de modèle et de vous en toucher quelques mots.

Peu encombrante et donnant le minimum d’infos nécessaires, la carte de visite est aussi, ne nous le cachons pas, un petit truc « éventuellement » en plus qui « peut » faire classe et pro. Je mets « éventuellement » entre guillemets car nous sommes de plus en plus nombreux à en posséder ; même punition pour « peut » car une carte pourra être un atout si elle est bien pensée. En effet, le kitch, le surchargé, une image pas jolie-jolie peuvent être autant d’éléments contre-productifs.

Ce que l’on voit d’abord, c’est l’image, ou les images. Il faut donc être très attentif dans son choix. L’objectif étant, au-delà bien sûr d’être représentative de votre travail, qu’elle marque l’esprit. Je pars de l’a priori que vous décidez d’y inclure une de vos photos. Je ne serais que vous y encourager, car en plus de permettre une identification rapide d’au moins un volet de votre sensibilité photographique, c’est aussi un bon moyen pour que votre carte aille au-delà en se transformant en « petit objet qu’on est content d’avoir ». Ayant la chance d'avoir une image qui vient d'être saluée au dernier concours Wildlife Photographer of the Year, je ne me suis pas fait prier pour l'utiliser sur mon nouveau modèle. Evidemment, si votre nom seul, ou un logo, est déjà très connu, le coup d’inclure une image est moins important. Partons du principe que YAB ne lit pas cet article.

Fort heureusement, une carte ne se limite pas à une photo. L’important est tout même l’information qu’elle mentionne. Pour cette dernière, soignez le plus simple et concis possible. Inutile de multiplier les lignes au-delà du raisonnable, la lisibilité pourrait en pâtir. Contentez-vous de « qui vous êtes » et « comment vous contacter et/ou voir votre travail ».

Sur ma nouvelle version, c’est très simple ; et j’ai même failli être encore plus minimaliste en enlevant mon N° de téléphone.


 


Pour la commande, vous pouvez bien sûr passer par l’imprimerie du coin ; à supposer que vous ayez un coin pas trop loin. Mais il faut reconnaître que leurs tarifs sont souvent presque délirants ; on devine que ce genre de produit en quantités tout à fait modestes ne les motive pas plus que cela ; et j’aurais tendance à les comprendre…

Mais de nombreux sites internet existent. Pour la première carte, j’avais testé VistaPrint ; si je me souviens bien, ils avaient bonne presse et proposaient des tarifs tout à fait attractifs (attention néanmoins, leurs frais de port étaient élevés, et ça on ne le voit pas de suite…). Cette fois, j’ai voulu changer pour en tester un autre. J’ai choisi www.cartevsite.com. Ergonomie du site, prix, délais et leurs repects, qualité, je suis très content du service.


Quelques petits conseils supplémentaires en passant :

- Avant de vous lancer dans la création de votre fichier, pensez à bien regarder, là où vous commanderez, les dimensions exactes de la carte et les marges conseillées. En effet, il vous est indiqué la taille du fond perdu et de la marge de sécurité. Respectez bien ces indications si vous ne voulez pas vous retrouver avec des éléments coupés. Evitez donc aussi de choisir une image au cadrage très juste sur les bords.



- Le plus cher est « de lancer la machine » ; le prix à l’unité baisse vite avec une hausse des quantités. Si vous hésitez, prenez-en plutôt plus. (par exemple sur cartevisite.com, si vous en prenez 250, chaque carte vous revient à presque 19 centimes HT ; ce sera quasiment 3 fois moins si vous en prenez 1000).

- Attention de ne pas tomber dans la distribution systématique, ou en tout cas dans le « libre service ». Rien de tel que de mettre 200 cartes de visite sur votre table pendant un expo pour qu’elles disparaissent toutes en une heure, sans aucun contact en retour. C’est comme ça, le grand public aime prendre ce qui est donné, même s’il ne s’en sert pas… Mettez-en seulement quelques-unes, pour signaler que vous en avez, et ayez-en dans la poche si on vous demande.


Bons contacts à tous !


Ces articles peuvent vous intéresser :
- Réaliser sa première exposition

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Conseils
commenter cet article

commentaires

Artistic Studio 31/01/2014 15:17

Merci pour toutes ces informations!

Francis Goussard 13/01/2010 13:57


Tes articles sont toujours très intéressants, et tes commentaires pertinents... C'est vrai que la carte de visite, si l'on n'y prend pas garde, risque souvent de finir à la poubelle, ou égarée.
C'est pourquoi je préfère, pour ma promotion, le format "marque-page" qui se perd aussi... mais dans un livre, on peut peut-être plus facilement le retrouver ?


classes de découvertes 27/11/2009 09:56


bonjour, en plus de la taille comme cité précédemment la qualité joue aussi, car elle peut vite avoir l'effet inverse de celui escompté. sans vouloir faire de pub je conseil le site rapidflyers et
toutes ses déclinaisons. c'est par eux que je passe pour mes plaquettes pubs, ils font aussi des cartes de visites et la qualité est vraiment pro, associée à des délais très courts et un prix hyper
attractif


christophe 18/11/2009 10:08


tu as oublié le plus important je crois...qu'elle soit d'une taille standard pour les portes cartes vendus dans le commerce, sinon je peux garantir d'expérience qu'elles finissent très vite à la
poubelle à moins d'avoir une TRES forte motivation envers le contact en question.