Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 09:54



Eurostar. Jeudi 22 octobre. 15h30. Nous quittons à peine la capitale londonienne, après avoir assisté à la cérémonie de remise des prix du Veolia Environnement Wildlife Photographer of the Year, ayant l'honneur d'un Runner-Up.  Laissez-moi vous en toucher 2 mots.

Petit retour en arrière donc, la veille au soir, le mercredi. Arrivée vers 19h00 au Natural History Museum de Londres.

 

 


Un superbe bâtiment qui d’emblée vous met dans l’ambiance : site prestigieux pour un événement qui ne l’est pas moins. Cela se confirme une fois à l’intérieur ; l’invitation précisait « Dress : suits or equivalent », et cela se voit. Un peu de file d’attente pour récupérer votre badge, une coupe de Champagne en passant dans la première galerie. Pas de doute, la soirée s’annonce placée sous le signe du « classe » . Mais ces considérations sont finalement presque secondaires pour l’heure car une chose surtout en tête à ce moment-là : voir les images exposées. Après avoir déjà croisé quelques têtes et noms connus, nous y voici presque ; l’expo approche en passant devant le mur de vignettes des images du concours.

 

 

 


L’ambiance vire presque à l’intime (si on occulte les 200 ou 300 personnes qui sont là) : plongeon dans l’obscur. Les seules choses que vous voyez vraiment sont les photos, rétro éclairées. Classe je vous dis ! La grande salle est divisée en plusieurs zones regroupant chacune une ou deux catégories. Ce sont en tout 102 images, sélectionnées dans les 43.135 initiales, qui sont offertes à nos yeux grands ouverts. Errance presque déconnectée du réel tant l’exposition est réellement superbement mise en valeur.

 

 

 



C’est très nettement l’expo dont la scénographie et la qualité des tirages et de leur mise en œuvre m’ont le plus scotché. Vous n’en êtes alors que plus impatient de découvrir la votre. Et je dois l’avouer, ce fut un vrai plaisir de la voir. Occasion quasi unique d’avoir la chance d’observer une de ses images dans ces conditions.

 



Le voyage dans cet autre monde est « malheureusement » de courte durée (vous noterez que malheureusement est entre guillemets). En effet, vous avez l’impression de n’être là que depuis 5 minutes (mais cela fait déjà plus d'une demi-heure) que vous êtes invités à vous diriger vers la salle de repas. « Quoi, là maintenant, de suite ? Mais nous n’avons même pas eu le temps de voir toutes les photos, et encore moins de s’attarder suffisamment sur chacune d’elles ». C’est donc un peu frustrés que nous changeons de volume (mais pas trop quand même, car on se doute bien que nous aurons tout loisir de revenir…). Et le volume suivant est très impressionnant.

 



Nous débarquons dans la grande galerie du Muséum transformée pour l’occasion en salle de réception. Plan de tables, tables rondes superbement dressées, lumières et dinosaure maintiennent la soirée sur sa lancée initiale. Si nous n’avions pas encore compris que nous n'étions pas à une boom du Mac Do du coin, c’était maintenant parfaitement clair pour tout le monde.

 

 

 

 


Table essentiellement espagnole pour moi, avec notamment Juan Carlos Munoz et José Luis Rodriguez, qui s’avérera être célébré en fin de soirée grand vainqueur mérité de cette édition 2009.

Le repas (totalement bio, y compris le vin s’il vous plaît) est ponctué de tentatives de se comprendre un minimum (mon anglais est loin d’être au top, je ne parle même pas de mon espagnol que j’ai oublié depuis longtemps), mais on y parvient car nous parlons finalement ici presque tous le même langage. Viens ensuite la remise des prix de chacune des catégories. C’est Mark Carwardine, Président du jury, qui s’y colle avec beaucoup talent ; c’est un orateur hors pair. Pour chaque catégorie, il présente et commente les images « Specially Commended », les « Runner-Up » et bien sûr les « Winner ». Les auteurs de ces dernières sont alors invités à venir chercher leur prix sur le devant de la scène pour la photo souvenir. A l’exception d’un, ils étaient tous là, dont certains venant de très loin. Chapeau à l’organisation de réussir à réunir un si grand nombre de photographes mis en avant à l’occasion de ce concours !

 

 



Les grands gagnants (adulte et jeune) sont ensuite annoncés. Jusque là, personne, ou presque, ne sait de qui il s’agit. Nous savons juste que c’est l’un des gagnants d’une des catégories. Le Young Wildlife Photographer of the Year 2009 est Fergus Gill, gagnant de la catégorie 15-17 ans. Il était déjà gagnant de la catégorie 11-14 il y a 2 ans. Autant dire qu’il est peu probable que ce jeune talentueux anglais n’arrête la photo prochainement.





Le grand vainqueur, le Wildlife Photographer of the Year est donc José Luis Rodriguez, avec cette photo hallucinante de loup. Même la barrière est superbe ! Néanmoins, ce n'est pas ma préférée, surtout du fait de l'exigence techniquie de cette prise de vue ; et une grosse technique (que je suis bien incapable de mettre en oeuvre) place toujours une légère barrière entre moi et l'image. Ovation, clap-clap et autographes rythment maintenant les minutes de José Luis qui d’un coup d’un seul n’a plus une seconde à lui.




La soirée touche à sa fin, avec la remise du Book BBC 2009 Portfolio 19 à chaque invité, quelques poignées de main et dernières anecdotes photographiques (livre que vous pouvez commander par-là).

 

 


Le lendemain matin est réservé pour le « media preview ». Jusque là, seuls les invités de la veille avaient pu jeter un œil à l’expo, aujourd’hui (jeudi 22 donc), elle est présentée aux médias. Tout d’abord, nous voici rassurés car nous avons cette fois 3 heures devant nous pour parcourir l’expo, en compagnie de représentants de nombreux magazines, sites internet ou autres (des couleurs différentes sur les badges permettent à chacun de rapidement savoir s’il s’agit d’un photographe, d’un journaliste, d’un membre du jury,…).

Quelques rapides interviews, photos et autographes rythment ma priorité qui était surtout de m’imprégner de l’expo, de prendre le temps de pénétrer chaque image. Des claques qui se confirment, d’autres qui surviennent, et quelques déceptions aussi.

Je commence par les quelques déceptions, ou étonnements.
Déception pour la catégorie « In praise of plants ». Ce n’est pas la première fois qu’un concours me déçoit dans ce type de catégorie. Je ne sais pas trop si c’est la résultante du peu d’images proposées ou de jurys plus habitués aux oiseaux et aux mammifères. Loin de moi l’intention de dire que les images y sont mauvaises, mais je trouve qu’elles surprenaient moins. Autre déception : toujours aussi peu de macro. Mais bon, on le sait dès le début car le décors est planté dans le Veolia Environnement Wildlife Photographer of the Year : mammifères, oiseaux et grands espaces sauvages sont les « têtes de série ». Enfin, étonnement pour certains winners. Ce sont toutes de superbes photos, c’est une quasi évidence, mais régulièrement, l’image gagnante n’était pas celle qui m’a le plus marqué. Il y a vraiment des Highly Commended dignes de Winners. Ce qui ne représente bien sûr rien d’autre que mon avis, ma sensibilité ; aucunement un jugement de valeur.

Mes gros coups de cœur vont à l’ensemble de 2 catégories. La première, « Black and White », à mes yeux hallucinante, nettement  ma catégorie préférée pour cette année, avec en particulier « Clash of Titans » de Sheri Mandel (Etats-Unis) et la gagnante « Starling wave » de Danny Green (Royaume-Uni).


 



 


 

 La deuxième « The Underwater World », catégorie qui parfois peut m'ennuyer un peu, mais là, pas l'ombre d'une seconde, elles sont toutes très poignantes, notamment « The plunge diver» de Alexander Safonov (Russie) et « Bubble talk» de Paul Nicklen (Canada). Et chapeau au passage au fort sympathique Michel Loup, Winner avec « Pike reflection» (et en plus Highly Commended dans la catégorie « Animals in Their Environment »).






Des images exceptions, il y en avait des dizaines. Mais j’aimerais malgré tout m’attarder sur ces suivantes qui m’ont vraiment plu, en plus de celles des 2 catégories citées avant :
- Footprints de Robert Friel (Royaume-Uni)
- Respect de Igor Shpilenok (Russie) 
- Ice fox de Henrik Lund (Finlande)
- Killer in the mist de Stefano Unterthiner (Italie)
- The filter-feeding forest de Lawrence Alex Wu (Canada)
- Social river Amazons de Kevin Schafer (Etats-Unis) 
- Reflections on fish de Frédéric Larrey (France)








Bref, plein les yeux et plein la tête. Retour sous la Manche et au début de cet article. L’événement se poursuit encore 3 jours durant, avec notamment l’ouverture au grand public dès le 23 octobre, bon nombre de conférences et échanges (comme avec Cédric Jacquet dont je fus ravi de faire la connaissance), et le WildPhoto 2009.

Encore merci à tous : encouragements, « libéralisation de l’esprit », remise en cause, accompagnement, félicitations, confiance, et bien d’autres, sont autant d’attentions qui ont sans nul doute contribué au fait que j'ai pu vivre cet honneur.



Ces articles peuvent vous intéresser :
- Les résultats du Veolia Environnement Wildlife Photographer of the Year 2009, le fameux concours "BBC" et le bonheur d'une image "Runner-Up"
- En avant-première, quelques images de ma prochaine exposition au festival de Montier-en-Der 2009




Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Xavier COULMIER 15/11/2009 09:54


Merci !!!
C'est clair que je suis très très content de cette récompense !
Je ne suis pourtant pas "concours", Montier tous les ans, et le BBC et le GDT depuis cette année, mais y'a pas à dire, ça quand même très plaisir !


Charles 29/10/2009 15:59


Quel honneur de pouvoir avoir se genre de carte d'invitation! Bravo, et une récompense largement méritée.
Un doux rêve pour moi...


Cedric Jacquet 27/10/2009 06:52


Salut Xavier !

Bien d'accord avec toi : certaines photos 'highly commended' me semblent mériter mieux, en particulier celle de Lawrence Alex Wu, et le pingouin devant les traces de pas (une 'top 3' du concours -
et qui aurait certainement du gagner sa catégorie AMHA). Inversement, les gagnantes de catégories ne sont pas nécessairement celles que j'aurais choisies. Mais dans l'ensemble, WOW !

Encore toutes mes félicitations pour ta photo - et au plaisir de se revoir à Montier dans quelques semaines (avec un peu plus de temps ???) !

Amitiés,

Cedric


Stéphane 26/10/2009 20:19


Bravo !
Déjà rien que pour avoir lu le règlement en anglais ce que je n'ai toujours pas pu me résoudre à faire :)))... Bravo donc Xavier pour ton bilinguisme mais surtout pour ta photographie !
Amicalement
Stéphane


Didier Vereeck 24/10/2009 12:54


Merci pour ce reportage, Xavier ! Et vraiment, chapeau pour toi ! Ça a dû te faire un choc !