Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 novembre 2009 1 23 /11 /novembre /2009 12:09



Je ne suis pourtant pas un fan de Google et de ses effets secondaires, mais je dois aussi reconnaître qu’ils sont doués les vaches pour fournir des outils hyper pratiques.

Lors d'un article précédent, je vous indiquais que j’aimais bien visualiser ce que donnerait une future exposition afin de pré-définir un agencement possible. C’est toujours beaucoup plus confortable d’y avoir réfléchi avant pour ne pas se retrouver vierge d’idée devant un mur qui l’est tout autant. Jusqu’à maintenant, je faisais ce travail en 2D sous Photoshop. Mais plusieurs fois je me suis interrogé sur les possibilités de le faire en 3D, en pouvant évoluer virtuellement dans l’expo. J’avais dernièrement réussi à « bricoler » en utilisant un logiciel libre genre une démo de « Architecte 3D » ; mais ce n’était vraiment pas satisfaisant (je ne pouvais faire que des vues fixes) et en plus très long à faire.

Et voilà ti pas que je découvre, grâce à un échange avec un internaute passé par ce blog (merci Vincent ;o) ), Google SketchUp. Outil libre, facile à prendre en main, qui permet de réaliser à peu près n’importe quoi en 3D.

La prise en main est assez aisée et les outils plutôt intuitifs. Assez rapidement, on pige le coup pour construire des choses simples telles que des cloisons. L’importation des images qui correspondront à chacun de vos tirages est elle aussi très facile (fichier / importer).





Dans l’ensemble, un très bon outil, et forcément d’un excellent rapport qualité/prix (et bé non mince, on peut pas diviser par zéro). Bon, y’a 2-3 trucs perfectibles (notament la modification des éléments déjà dessinés), mais c’est franchement bien ! Cela permet d’avoir un aperçu assez réaliste de votre expo et de réflechir encore mieux en amont à comment vous pouvez l’organiser.


Voici ce que cela donnait pour mon expo Montier :









Ceux qui sont venus à mon expo constatent sans doute que c'est pas exactement pareil ; mais c'est comme souvent, on ne peut pas tout prévoir à l'avance non plus... Je reviendrai très prochainement sur cette toute dernière expo dans un prochain article.


Logiciel en téléchargement par-là :






Ces articles peuvent vous intéresser :
- Retour sur 2 supports d’impression pour les tirages
- Jongler entre le nombre de pixels, la résolution dpi et le format du tirage
- Réaliser sa première exposition
- Quand c'est l'image qui vous observe



Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Derrière l'écran
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 22:22



Haaalalalala, c'est parfois un peu déroutant toutes ces notions pour qui n'est pas trop habitué aux chiffres et décide de se lancer là-dedans. Si vous êtes dans ce cas là, rassurez-vous, ce n'est pas bien sorcier.

Nous avons en fait 3 unités qui interagissent ; exactement comme les km/h : il est clair pour tout le monde que si on roule aussi longtemps mais plus vite qu'un autre, on ira plus loin ; on qu'en roulant à la même vitesse, celui qui a le moins de chemin à faire arrivera le premier. Cela semble évident n'est-ce-pas ? Et bien c'est exactement pareil avec les histoires de dpi, de pixels et de cm. Les pixels sont les km de notre km/h, les cm en sont les heures, et les dpi la résultante, les km/h.

Ce qui nous embête surtout dans cette affaire, c'est que nous devons gérer à la fois des cm et des pouces. Car oui, la notion de résolution, les fameux dpi, s'expriment le plus souvent à l'aide de pouces et non de cm. DPI veut dire "Dots per Inch" en anglais, soit  "Points par pouce" en français. La résolution, c'est donc bien la quantité de pixels que vous allez caser dans une longueur donnée (à savoir un pouce ; et notre bon vieux pouce équivaut à 2,54 cm). Comme la vitesse dont je parlais avant, ce serait ici le nombre de km que je peux faire en une heure. Pareil je vous dis !

Partant de là, vous voyez bien que c'est finalement pas bien compliqué ; suffit de pas trop se mélanger les pinceux.

Mais au fait, pourquoi on se casserait la tête avec tout ça ? Si vous vous la cassez, c'est sans doute que vous souhaitez réaliser un tirage, car c'est bien à cet instant que ces notions deviennent importantes (comme la vitesse, pour poursuivre ma comparaison, y'a que quand vous décidez de partir en voyage que cela a une importance. Combien de temps va me prendre ce parcours?...). En effet, si vous voulez un tirage correct, il faudra que la résolution de votre image ne soit pas trop basse afin que votre oeil ne puisse pas en distinguer les pixels, que tout soit bien lisse et net. En d'autres termes, il faut que vos pixels soient suffisament serrés pour sembler ne faire qu'un. Or, si vous voulez qu'ils soient serrés et sur une grande surface (si vous voulez faire un grand tirage), et bien il vous faudra beaucoup de pixels. Pour continuer dans les comparaisons simples : il faudrait être beaucoup plus nombreux pour être serrés comme des sardines sur un terrain de foot que sur un cour de tennis.


C'est donc là que les questions se posent :
- ai-je assez de pixels pour faire un 60x90cm?
- quel format maximum de bonne qualité puis-je espérer ?
- ... et bien d'autres !!


Je vous simule un petit exemple fictif :

Vous disposez d'un appareil reflex de 15 millions de pixels et vous aimeriez savoir si vous pouvez imprimer un 50x75cm sans problème.

1 - Un fichier de 15 millions de pixels, cela veut dire qu'il fait 4743 pixels sur 3162 pixels (ça, vous le voyez de suite dans les propriétés du fichier)

2 - Un tirage de 75cm, ça fait 75 / 2,54 = 29,53 pouces

3 - Ce qui donne donc une résolution de 4743 pixels / 29,53 pouces = 160 dpi

Maintenant, il vous reste à voir si 160 dpi, c'est suffisant. Mais là, je ne peux pas le dire à votre place. En effet, c'est très dépendant de la qualité de votre image, du gars qui réalisera le tirage et du matériel qu'il utilise, du support que vous choisirez, du lieu où il sera exposé et comment il sera observé... N'hésitez pas solliciter l'avis de la personne qui réalisera le tirage ou à tenir compte des indications de qualité sur les sites de tirages en ligne. Néanmoins, je trouve que ces derniers surestiment le besoin de pixels ; peut-être une petite marge de sécurité qu'ils se donnent...

Mais je peux vous aider un peu en vous filant ce petit fichier excel qui fera les calculs à votre place, que vous cherchiez à connaitre la résolution correspondante, le format max ou le nombre de pixels nécessaires.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour accèder à la page de téléchargement.




Sachez juste que plus un tirage est grand, plus il est sensé se regarder de loin, et donc plus la résolution peut être basse.

Vous entendrez souvent "Il faut 240dpi", voire même "300 dpi c'est la norme". Cela, ne l'écoutez pas (imaginez, un possesseur d'un Canon 1ds2 ne pourrait même pas faire un 30x45 !!). Si vous avez 200dpi sous le coude, ce sera très largement suffisant dans la grande majorité des cas. Je crois même qu'aucun de mes tirages ne dépasse 160 dpi, et plusieurs sont juste à 110dpi et vous pouvez y coller le nez dessus : vous n'y verrez pas la queue d'un pixel (bon, c'est vrai aussi que c'est Pascal Bourguignon qui les réalise, ça aide).

Allez, bon tirages à tous !


Ces articles peuvent vous intéresser :
- Retour sur 2 supports d’impression pour les tirages
- Réaliser sa première exposition
- La rumeur d’un capteur Sony de 34,8 mégapixels : Pour faire quoi ?


Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Derrière l'écran
commenter cet article