Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 15:25

Je vous avais déjà relaté dans un précédent article mon petit jeu avec un arnaqueur du marché de l’occasion. C’était là un cas assez évident, notamment avec un tarif défiant toute concurrence.

 

Mais cela fait plusieurs fois que je tombe sur des annonces, qui se sont finalement avérées être des arnaques, mais auxquelles j’avais a priori accordé un certain crédit.

 

Tout d’abord, le prix était correct, dans le marché. Rien à voir avec ces offres 3 fois moins chers que la norme. De plus, l’annonce était réaliste, en " vrai français " (sans mot anglophone traînant à droite ou à gauche, et texte non issu de toute évidence d’un traducteur en ligne). Bref, pas réellement de raison de se méfier au premier abord. Je signale que tout ceci, c’était sur leboncoin.fr et ebay.fr (volet " petites annonces ").

 

Fidèle à mes habitudes, je poursuis les investigations d’usages (voir article " acheter d’occasion ") en demandant des infos telles que date et lieu d’achat, raison de la vente, N° de série ou encore d’autres photos que celles de l’annonce. A toutes ces questions, j’ai des réponses tout à fait recevables. Je commence donc à me dire, tiens, pourquoi pas.

 

Mais c’est en abordant les aspects paiement que cela devient plus troublant. Le gars vous invente une procédure via eBay qui fait appel à un virement bancaire et tout le binz. Un schéma selon lui sûr et garanti par eBay ce qui est faux ; allez sytématiquement vérifier ce qu’un vendeur vous annonce comme une certitude). Vous recevez même un " vrai faux " mail d’eBay pas mal imité du tout, vous indiquant la procédure. Mais tout ceci est louche, encore un virement en Angleterre ou en Afrique... De plus, dès que vous proposez un autre mode de paiement, ou même une rencontre pour une remise en main propre, et bé ça coince. Vous commencez à émettre des doutes, et dans la foulée, le supposé vendeur vous met un lien vers son profil eBay qui vous vous en doutez bien, fait état d’un vendeur hautement recommandé. Mais n’oubliez jamais qu’un compte eBay, ça se pirate…

 

Enfin, convaincu que c’est une arnaque, je lui dis gentiment qu’on va arrêter là. Dernière tentative de la part de l’arnaqueur : l’attaque , la culpabilisation et le retournement de situation. Il va vous sortir que c’est vous qui êtes malhonnête et pas sympa de lui avoir fait perdre son temps, qu’il n’a rien à se reprocher, la preuve, regardez une nouvelle fois son super profil eBay. Ne cédez bien sûr pas à cette dernière provocation désespérée !

 

Plus que jamais, soyez vigilants ! Les bonnes affaires existent, mais elles sont bien de plus en plus noyées dans un océan d’arnaques de mieux en mieux déguisées et abouties. Encore plus qu’avant, le moindre doute doit vous inciter à la prudence et à approfondir avant de vous décider ou de passer votre chemin.

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser :

- Un Canon 1ds3 pour 2000€ !!!

- Acheter son matériel photo d'occasion

 

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Conseils
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 10:27

C'était il y a environ 1 an. Un mail d'une certaine Sylvie MULLER m'indiquant son projet de réaliser un festival photo nature dans sa commune, Scy-Chazelles, près de Metz en Moselle. Le contact est de suite bon, et c'est avec plaisir que très vite je lui indique que je suis bien sûr partant pour y exposer. En plus, j'adore la Moselle (j'y ai passé presque 3 ans, et j'ai vraiment beaucoup apprécie ce département et les mosellans).

 

Après cette année, dont je n'ai aucun doute de l'intensité pour Sylvie, la première édition de ce festival est sur le point de devenir réalité. Le 13 mai, il ouvrira ces portes, et ce jusqu'au dimanche 16 au soir.

 

Et regardez moi la programmation qu'arrivent à nous sortir Sylvie et les membres de l'association : des expositions en intérieur et extérieur, des conférences, des sorties nature,... et pas avec n'importe qui, des Vinvent Munier, des Michel Ribette, des Jean-Marie Pelt et autres Stéphane Hette, Eric Baccega ou encore David Meier.

 

En tous cas, je suis ravi de participer à cette première !

Encore bravo à Sylvie et son équipe, et longue vie à ce festival !

 

 

scy1

 

 

scy2

 

 

 

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 16:49

AFPAN 2010 1

 

 

Ca y est, le concours du festival 2010 de Montier-en-Der est lancé. Plusieurs modifications ont été apportées au réglement, certaines subtiles, d'autres témoignant d'un début d'évolution de l'AFPAN dans la prise en compte des souhaits de plus en plus appuyés d'une partie des participants de pouvoir postuler par voie numérique. Ainsi, pour la première fois cette année, pour les 2 catégories "Thème de l'année" (en 2010 : Prédation animale) et "Séries numériques", vous pourrez télécharger vos fichiers sur internet. Une évolution qui à coup sûr en appelera d'autres en 2011...

 

Le réglement en cliquant sur l'image ci-dessous.

 

Bonne chance à tous !!!

 

AFPAN 2010 2

 

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser :

- La saison des grands concours photo 2010 est lancée ; BBC et GDT en tête

- Prix du photographe régional au concours de Montier 2009

- Au sein de la cérémonie du Wildlife Photographer of the Year 2009

 

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article
1 février 2010 1 01 /02 /février /2010 19:18

 

bagues allonges


Quel rapport vais-je obtenir avec cette bague allonge ? Et quelle sera la distance de mise au point ?… Autant de questions que l’on peut se poser quand on se lance dans l’utilisation de ces accessoires.

 


Prenons dans cet article les abréviations suivantes :

G = Rapport de grossissement
t =Tirage provoqué par la bague allonge ( =épaisseur de cette bague)
F = Focale de l’optique
D = Distance de mise au point


La formule de base est, dans le cas d’une mise au point calée sur l’infini :

G = t / F

Par exemple, si vous mettez une bague allonge de 36mm sur un 30mm avec une mise au point à l’infini, vous obtiendrez un rapport de grossissement de 36 / 30 = 1.2 (Vous dépassez donc le rapport 1:1 qui est le rapport max des optiques macro conventionnelles). Au passage, cela illustre qu’avec des bagues allonges, on « perd la vision de loin ». Dans cet exemple, notre 30mm avec une bague de 36mm ne peut plus voire plus loin que le rapport 1.2 ; fini la mise au point sur la ligne d’horizon. C'est d'ailleurs vraiu avec toutes les optiques bien évidemment ; mais c'est d'autant plus flagrant que la focale est petite.


La deuxième formule de base, celle de calcul de la distance de mise au point :

D = F x (1 + 1/G)

Donc, si je reprends mon 30mm à l’infini, avec 36mm de bague allonge, la distance de mise au point sera de : 30 x (1 + 1/1.2) = 55mm

 

Vous voyez, quand je vous dis qu'on perd le net à l'infini ! Ici, au delà de 55mm de distance, notre 30mm voit flou ; et ce avec une seule bague de 36 !



Plutôt simple non ? Mais qu’en est-il si nous ne nous situons pas la bague de mise au point à l’infini ? Il faut reconnaître que c’est alors un poil plus compliqué, mais rien de bien sorcier néanmoins.

La difficulté est alors de calculer le tirage total T (bagues allonges + objectif). Pour cela, il faut utiliser la formule suivante :

T = t + (Distance bague mise au point x F) / (Distance bague mise au point - F)

Par exemple, si on place la bague de mise au point de notre 30mm sur 50cm et que l’on ajoute une bague allonge de 36mm, on obtient un tirage total de : 36 + (500x30)/(500-30) = 68mm


Ensuite, le calcul du rapport se fait via la formule :

G = (T-F) / F

Soit dans notre cas ci-avant : G = (68-30) / 30 = 1.26

Le calcul de la distance de mise au point reste le même que précédemment, soit D = 30 x (1 + 1/1.26) = 54mm.

Vous pouvez voir que nous sommes bien loin des 50cm que pense voir notre cher 30mm.

On constate au passage que la valeur est peu différente du cas où la bague est sur l’infini. Cela illustre la difficulté d’utiliser des bagues avec des grands angles. D’une part, les distances de travail deviennent très faibles, et d’autres part, quelque soit la position de la bague, cette distance ne change quasi pas (quelque soit sa position, il vous faudra être à 55mm +/- 1 mm ; en d’autres termes, sans rail de mise au point, c’est une mission quasi impossible). En règle générale, l'ajout de bague augmentera d'autant plus le rapport que la focale est courte, mais cela sera aussi d'autant plus diffcile à mettre en oeuvre...


A vos calculettes !

 

 

Ces articles peuvent vous intéresser :

- La rotule photo macro que je cherchais ? L'avant-test de terrain 

- Le Canon 65 MP-E 2.8 : Pourquoi ? Comment ? 

- Mon chemin vers le SIGMA 150/2.8 EX HSM Macro 

 

 

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Matériel
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 12:31

Comme chaque année, le GDT et le BBC lancent l’ouverture des concours photo nature à peu près en même temps en début d’année. Avec celui de Montier-en-Der (dont le règlement arrivera un peu plus tard), ce sont à mes yeux les 3 plus grands concours internationaux.

Ci-dessus quelques grandes lignes sur ces 2 concours d’envergure.


Le concours GDT alias « European Wildlife Photographer of the Year » 

Il s’est sans contestation possible fait une vraie place sur le podium, avec une singularité toute particulière. Montrer un palmarès « anonyme », si c'est du GDT, vous le devinez de suite tant ce concours est très typé. Des visions très créatives, avec des images parfois « risquées » sont très régulièrement récompensées. L’originalité et un certain « parti pris » artistique sont ici bienvenus.

gdt


Parmi les choses à savoir dans le règlement :

- Il est en anglais ou en allemand. A vous de savoir déchiffrer. Mais néanmoins, ce règlement ne présente pas de grosse difficulté d’interprétation.

- Les frais d’inscription s’élèvent à 20€. Le paiement se fait via un compte PayPal qu’il vous faudra donc créer si vous n’en avez pas (nécessite un email et une carte bleue valides).

- La participation est 100% numérique (l’envoi de fichiers issus de scan de diapo ou de négatifs est bien sûr autorisée), et pour participer, vous devrez envoyer des jpeg de 1400 pixels pour le plus grand côté.

- Les catégories sont ici particulièrement claires car simples. A priori, aucune difficulté pour faire entrer vos images dans les bonnes cases.

- Les possibilités de post-traitement sont assez précisément et clairement présentées dans le règlement. A consulter sans faute, même si c’est assez largement des choses habituelles.

- A signaler qu’il n’est pas préciser de résolution minimale ou de recadrage maximum. Mais il est écrit que le fichier doit pouvoir supporter un agrandissement 80x120 de qualité. A vous alors de voir…

- Sans que soit indiquée d’interdiction stricte, le règlement dit tout de même assez clairement qu’une image déjà vue (notamment déjà récompensée dans un autre concours) aura moins de chance car le jury sera sensible à la nouveauté.

- Vous pouvez proposer 5 images par catégorie dans la limite de 20 images au total.

- La date limite de participation est fixée au 1er avril. Elle se fait par téléchargement de vos jpeg « basse » définition sur leur site. A noter que vous pouvez effacer une ou plusieurs images et en mettre d’autres jusqu’à la clôture. L’envoi d’un CD par la poste est possible.

- Si une ou plusieurs images franchissent le premier round, vous en serez informé avant le 21 avril, et vous devrez alors fournir les fichiers originaux (RAW ou JPEG) avant le 12 mai. Il me semble que cette première sélection n’est pas hyper rude. Si je me souviens bien, j’avais chargé 11 RAW sur les 15 images que j’avais soumises.

- Et enfin, si vous avez la chance et le talent pour intégrer les images lauréates, vous recevrez un mail courant juin.

- Le gagnant aura le droit à un joli chèque de 2000€.



Le concours BBC, le « Veolia Environnement Wildlife Photographer of the Year »

Le fameux grand frère de tous les autres, créé par le Muséum d’Histoire Naturelle de Londres et le magazine BBC Wildlife. Plus de 43 000 photos présentées en 2009. Un must. Sa force réside plus dans des palmarès récompensant des images un peu plus orientées « documentaire » que le GDT. Le sujet, son originalité, sa rareté dans le monde de l’image ou sur la planète peuvent être des éléments déterminants.

bbc_2009_logo.jpg



A savoir :

- Nouveauté cette année : le règlement existe en version française. Même si cela respire un peu la traduction automatique, cela reste un vrai plus pour ceux qui ont des difficultés avec l’anglais.

- Les frais d’inscription s’élèvent à 20£ (soit environ 23€). Le paiement se fait par carte bleue directement sur leur site internet.

- La participation est 100% numérique, avec là aussi l’envoi de jpeg de 1400 pixels pour le plus grand côté.

- Les catégories du BBC ne sont pas connues pour leur clarté ; c’est même à mon sens un des points délicats. Mais bon, rien d’insurmontable ; il faudra juste vous creuser un peu plus la tête pour voir quelle est la catégorie la plus adaptée. Le choix de la bonne catégorie est ici une étape pas forcément évidente qui fait partie intégrante du concours : bien comprendre les catégories, ce qui y est attendu, et ne pas se planter… A vous de jouer car là, c’est à chacun de voir…

- Les possibilités de post-traitement ne sont pas très détaillées. Mais l’idée reste toujours la même : votre photo doit être fidèle à la réalité.

- Je crois que c’est une nouveauté : un appareil d’une résolution d’au moins 10 millions de pixels est exigé. Après, c’est un peu ambigu pour le recadrage autorisé. Il est dit que « les images doivent être fournies dans leur résolution d’origine » ; on pourrait donc comprendre que le recadrage est interdit, mais je ne pense pas que ce soit cela (en tout cas la mienne en 2009 était légèrement recadrée). Perso, je crois qu’il faut plus lire que le fichier final doit faire au moins 10 mpix. Mais ce n’est qu’une supposition, et là aussi, ce sera à chacun de prendre sa décision…

- A la différence du GDT, il est ici très clairement mentionné qu’une image déjà récompensée dans un autre concours ayant reçu plus de 500 photos n’est pas éligible. L’année dernière, ils disaient même « jamais récompensée dans un concours jusqu’à la fin de l’année en cours » (info que l’on avaot dans le courrier vous annonçant que vous êtes lauréat). De plus, les photos doivent avoir été prises dans les 5 années précédent la clôture du concours.

- Vous pouvez proposer 3 images par catégorie (impose donc une sélection personnelle sévère) dans la limite de 20 images au total.

- La date limite de participation est fixée au 5 mars ; autant dire que cela va vite venir. Elle se fait exlusivement par téléchargement de vos jpeg (l’envoi d’un CD n’est pas autorisé).

- Si une ou plusieurs images franchissent le premier round, vous en serez informé courant mai, et vous devrez alors fournir les fichiers originaux (RAW ou JPEG) ainsi que le TIFF haute définition (au moins 30Mo). Pour le BBC, je pense que cette première marche est bien plus difficile à franchir que pour le GDT.

- Et enfin, si vous avez la chance d’ intégrer les images lauréates, vous recevrez un mail avant fin juin. Vous aurez alors à donner un certain nombre d’informations sur vous et l’image, et vous devrez envoyer des tirages A4 des images en question.

- Le grand gagnant aura le droit à un joli virement de 10000£ (soit presque 11 500 € !). Les premiers de chacune des catégories empochent eux 500£ (574€) , et les deuxièmes (runner-up) 250£ (287€). Le tout complété par des droits d’auteur.


Tout ceci n’est bien évidemment pas exhaustif, avant de participer, allez voir les règlements dans le détail par-là :

- Le réglement du GDT

- Le réglement du BBC


Je ne sais encore pas si je participerais, mais il y a quand même de fortes chances que oui ; ça vaut le coup tout de même… Ce qui est sûr, c’est que ce sont 2 concours majeurs, et assez singuliers, qui nécessitent de bien réfléchir à ses sélections (qui peuvent donc être assez diffréntes).

Bonnes chances à tous.


Ces articles peuvent vous intéresser :
- Prix du photographe régional au concours de Montier 2009
- Au sein de la cérémonie du Wildlife Photographer of the Year 2009

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 10:25

Au cours des derniers mois, je vous avais présenté, en plusieurs épisodes, un reportage photo que j'avais fait chez mon cousin, jeune champenois pratiquant une viticulture raisonnée et proche de la nature (Maison Laherte). C'était la première fois que je quittais le monde de la macro, et même de la photo nature (à l'exception des quelques clichés de ma petite famille).


laherte assemblage1


Et c'est donc avec d'autant plus de plaisir que je vous annonce que ce travail sera présenté cette année au Musée de la Vigne (Phare de Verzenay) au coeur du vignoble champenois dans la Marne. Cette exposition se tiendra du 4 mai au 4 juillet 2010.

Mais tout reste à faire, y compris la recherche de financeurs pour réaliser la trentaine de tirages.

Appel est donc lancé aux généreux sponsors qui passeraient par là
.

Je suis convaincu que l'expo sera chouette (sinon je ne m'y investirais pas), le lieu est fort sympathique et visité, la communication sera large, et le thème mis en avant respectable. Alors, n'hésitez pas ;o)) Cela peut aussi bien prendre la forme du mécénat que d'une pré-commande de tirages haute qualité qui vous seraient alors remis en fin d'expo.


phare verzenay


Je vous donnerais bien sûr de plus amples infos quand j'en aurais (vernissage et compagnie).



Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article
1 janvier 2010 5 01 /01 /janvier /2010 00:43

.



2010





Repost 0
Published by Xavier COULMIER
commenter cet article
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:35

Voilà maintenant à peine 2 ans, je faisais réaliser mes premiers « vrais » tirages. C‘était à l’occasion de ma toute première exposition qui se tenait alors au festival de Montier-en-Der (tout comme la dernière d’ailleurs). En gros, je n’y connaissais rien ou pas grand chose en tirage, et je ne doute pas avoir bien saoulé Pascal Bourguignon à l’époque (et ça m’arrive encore :o)). Et oui, mais il y peut rien le pauvre, il n’a qu’à pas être bourré de talent l’animal. Ces dernières 2 années, avec quelques autres expos et en gros 70 tirages réalisés, m’ont permis de faire réaliser 2 types de tirages : sur dibond et sur toile. Laissez-moi vous en toucher 2 mots.


support tirage 5


Les nombreux avantages du dibond

Dibond dibond, on entend beaucoup parler de ce support. Signalons de suite, pour être bien sûr qu’il n’y ait pas de malentendu : le dibond n’est pas un support d’impression, mais un support de contre-collage de votre tirage. Il s’agit d’une plaque rigide de 2mm d’épaisseur, en fait une espèce de sandwich constitué d’une couche de « plastique » (polyéthylène) encadrée par 2 fines couches d’aluminium. J’avais pour ma part opté pour des tirages sur papier brillant, préalablement plastifiés avant le contre-collage.


support tirage 6


Pour résumé, le process est donc : impression du tirage (d'un format très légèrement supérieur au support final), plastification, contre-collage sur dibond, découpe du "fond perdu".

J’aime vraiment cette option, qui met bien en valeur mes macros dans la veine « mise en poésie souvent minimaliste » où je joue beaucoup avec les flous. De plus, cette technique présente de vrais et nombreux avantages :

- le support est rigide. A moins de s'amuser à sauter à pieds joints dessus, peu de risque que cela se déforme (à l'inverse des supports type PVC qui vont assez vite s'arquer).

- longévité : inoxydable, résistant à l'humidité et aux champignons, ce support a de fortes chances de laisser passer les décennies sans l'ombre d'une ride.

- légèreté : et oui, cela ne pèse rien. Autant dire que c'est un réel confort pour le transport et surtout l'accrochage.

- la plastification met efficacement les tirages "à l'abri". D'une part, ils sont moins sensibles lors de leur manipulation (accrochage, transport, stockage,...) ; et d'autre part, ils craignent peu les petits doigts curieux des visiteurs qui irrésistiblement veulent toujours venir faire une petite caresse aux tirages. C'est donc idéal dans les cas expositions longues et "un peu sans surveillance".

- l'entretien est facile : un simple petit coup de chiffon (non abrasif bien évidemment) à peine humide, et l'affaire est réglée.

- leur faible épaisseur fait qu'ils prennent vraiment peu de place. Impeccable pour le transport et le stockage. Pensez, 50 tirages ne prendront que 15cm d'épaisseur ; ça passe à l'aise sous votre lit. A ce sujet, pour que l'encombrement soit minime et l'empillement optimisé, optez pour des attaches très fines autocollantes très efficaces.


support tirage 4


Comme vous voyez, vraiment beaucoup d’avantages, et pas des moindres.

Néanmoins, même si ce sont des tirages plutôt résistants, la plastification pourra tout de même être un peu sensible aux frottements et se voir imprégnée, avec le temps et les manipulations successives, de micro-rayures si vous faites « trop confiance à cette résistance apparente ». Donc, même si le produit est de super qualité, restez un minimum vigilant dans le transport et le stockage. Mettez bien des protections du côté photo et évitez les frottements si vous voulez leur assurer un maximum de longévité et faire plusieurs expos avec les mêmes tirages.

Malgré tout, pour ma dernière expo, j’ai voulu autre chose… 


La découverte des tirages sur toile montée sur châssis bois


En effet, pour ma dernière exposition, "Changer de Point de Vue" au dernier festival de Montier, je voulais autre chose. Et je voulais autre chose, pas juste pour autre chose, mais parce que les images de cette expo nécessitaient de changer.

En premier lieu, beaucoup de ces images sont dans le volume et/ou la texture. Il fallait donc que le support des tirages accentue cette sensation. Il ne fallait pas du "lisse", il fallait au contraire "que ça gratte". Assez vite, je me suis dit : il me faut du Fine-Art sur joli papier texturé. Mais 2 problèmes :

- le prix : je souhaitais faire des grands, voire très grands formats, bien adaptés à ce type d'image. Et là, le budget explosait.

- la "résistance" : je tenais à ce que mes tirages soient "costauds" et puissent, comme signalé avant, être laissés sans surveillance sur des expos un peu longues.

De plus, les images de cette expo jouent notamment sur l'ambigüité "Est-ce une photo ou une peinture?", et je souhaitais que le support renforce cette interrogation. C'est ainsi que je me suis orienté vers des tirages sur toile montée sur châssis bois.

support tirage 3


Cette solution concentre tout ce que je recherchais :

- contribuer à cette perte de repère : est-ce vraiment une photo ?

- Une vraie texture.

- la "non fragilité". Ce type d'impression ne craint pas grand chose (dans la limite du raisonnable), et en tout cas pas les doigts (sauf mains sales sur fond blanc bien sûr).

- l'épaisseur du châssis (2cm) renforce la présence du tirage (il est "volumique" et décollé du mur).

- les tarifs des formats que je visais (80x120 et 60x90cm) entraient dans mon budget.

Seul léger "hic", l'encombrement est considérablement augmenté, ce qui peut ne pas être si anodin dans le choix de ce support.


Quelques rapides conseils :

- pour les attaches, j'ai opté pour des vis à angle droit (3mm de diamètre pour 3cm de longueur). L'avantage, à la différence des attaches type "anneau", est la facilité d'accrochage aux crochets des cimaises (il suffit de faire glisser le tableau de haut en bas le long des cimaises préalablement installées, et les attaches peuvent "trouver seules" les crochets).

support tirage 1


- il serait assez peu esthétique que la tranche de la toile soit blanche (en tout cas c'est mon avis). Vous me direz, il n'y a qu'à imprimer un peu plus grand et replier 2 cm du bord de la photo sur la tranche. Oui, mais non. Car certaines de mes images ont un cadrage vraiment trop précis pour pouvoir supporter un rognage de 2 cm sur tout le tour. Ainsi, nous avons décidé de copier en symétrie ces 2 cm périphériques qui allaient alors remplir la tranche du châssis. Très rares sont les visiteurs a avoir noté ce détail tant cela passe inaperçu, et permet donc de conserver 100% de son cadrage original.

support tirage 2


Je suis vraiment très satisfait de ce choix dont le rendu est dans l'exact lignée de ce que je recherchais (encore merci Pascal, c'était vraiment un super boulot). Et de toute évidence, la large majorité des visiteurs de l'expo ont eu aussi beaucoup apprécié !

Attention néanmoins : il est clair que ce support ne peut pas convenir à tous les type d'images. Faites des essais ou demandez avis avant car le résultat pourrait être décevant.


Ces articles peuvent vous intéresser :
En avant-première, quelques images de ma prochaine exposition au festival de Montier-en-Der 2009 
- Au fil d’une exposition photo à Reims
- Réaliser sa première exposition

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Conseils
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 11:15

Je vous présentais il y a quelques temps mon assemblage "tête macro". Depuis, je n'ai "malheureusement" pas eu beaucoup de temps à consacrer à la prise de vue (je mets malheureusement entre guillemets car je ne vis pas mal ces instants sans photo), et je n'ai donc pas pu vraiment tester mon montage.

Néanmoins, les derniers grains de raisin champenois ont été l'occasion de dégrossir le sujet. Essais très rapides et pas vraiment approfondis, mais les premières sensations sont bonnes, et même très bonnes. En tout cas pour ce sujet, pas très compliqué faut le reconnaître, j'ai pu trouver sans difficulté à la fois le cadrage qui me convenait, associé au rapport de grossissement désiré sur le Canon MP-E 65mm.

 

Tout ceci sent donc bon mes amis, et j'ai comme l'impression que cet assenblage va effectivemment bien me convenir.
Le froid et l'hiver arrivent,... les bonnes conditions devraient donc bientôt être réunies pour tester cet ensemble dans des situations beaucoup plus délicates...

A suivre donc...












Ces articles peuvent aussi vous intéresser :
- Le trépied photo GITZO Explorer 2541
- La rotule photo macro que je cherchais ? L'avant-test de terrain
- Alors utiliser un trépied photo en macro : Pour ou Contre ?
- Mon chemin vers le SIGMA 150/2.8 EX HSM Macro


Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Actualité
commenter cet article
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 09:21
Quand je vous disais, aux premières heures de ce blog, que je pourrais très bien ne pas vous parler que photo ici. Et bien voilà, c'est fait. Un simple article pour vous faire part d'une des nouvelles qui nous met de bonne humeur en ce moment, moi et Marjorie : le permis de construire de notre future maison ossature bois est déposé.

Ainsi, si tout se passe bien, les premiers coups de pelle seront donnés en 2010 pour un déménagement que nous espérerions alors début 2011.

Un certain nombre d'options ne sont encore pas arrêtées, mais nous ambitionnons une maison labellisée BBC, pour Bâtiment Basse Consommation, et dans la mesure du possible, élaborée avec des matériaux le plus sain possible. Ainsi, sans hiérarchisation de nos envies, pourraient se voir regroupés, en plus du concept d'ossature bois : panneaux solaires (eau chaude), chauffage unique au bois, parquet chêne local, isolation en fibres de bois, fermacell, récupération des eaux de pluies,...

Nous croisons les doigts pour réussir à réaliser la maison qui nous ressemble. Les mois qui viennent nous le diront.

Je vous tiendrais sans doute régulièrement informés des évolutions du projet, peut-être en créant un deuxième blog spécialement dédié.

L'année 2010 s'annonce hyper chargée !
Repost 0
Published by Xavier COULMIER
commenter cet article