Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 11:40

Petit retour sur cette image qui est l'une de celles qui a suscité le plus de questions lors de mon exposition à Montier-en-Der. Et c'est en effet une image intéressante pour mettre le doigt sur certains aspects d'une expo et des visiteurs. 





Un décalage de perception

J'aime moi aussi cette image. C'est une évidence, sinon elle n'aurait pas intégré cette sélection. Elle fait même partie de celles que je préfère, et c'est aussi pour cela qu'elle était dans les lots de 10 petits tirages (format 15x23cm) que je vendais. Mais je dois avouer que je ne pensais pas qu'elle sera à ce point appréciée, sans doute celle qui aurait reçu le plus de vote si j'avais organisé un concours. Je me doutais bien qu'elle susciterait des interrogations, mais je l'avais sous-estimé. C'est une nouvelle illustration (c'est pas la première fois que cela se produit) du décalage que l'on constate assez régulièrement dans l'appréciation d'une photo entre son auteur et les visiteurs ; et encore plus pour ce style d'image à mon avis. Signe que l'affectif, les conditions et l'état d'esprit lors de la prise de vue, et les différentes phases de naissance d'une image (esprit, déclenchement, développement, tirage) influent beaucoup sur l'auteur.

Néanmoins, ma propre vision a évolué au cours du festival ; cette image n'avait pas achevé sa mise au monde... 


L'oeil du photographe qui évolue aussi grâce aux échanges avec les visiteurs

En effet, à force d'échanger avec vous sur cette image, j'ai commencé à la regarder sous un autre angle (et dire que j'ai intitulé cette expo "Changer de point de vue"), à essayer de comprendre le pourquoi d'une adhésion quasi unanime.

Ainsi, mon discours a un peu évolué, et si vous êtes venu le jeudi ou bien le dimanche, je ne vous en aurais peut-être pas parlé de la même façon. En fait, grâce à vous, à vos questions et aux réflexions plus intérieures qu'elles ont éveillé en moi, j'ai réalisé que cette image allait plus loin que le simple fait de mimer les yeux d'une bestiole imaginaire : c'est un exemple type de "symbiose" entre le sujet et le photographe qui montre à quel point une image n'existe que part la rencontre d'un sujet et d'un oeil (le vrai celui-là). Et oui, sans ma présence, cet effet n'existe pas. C'est bien parce que je mets l'oeil dans le viseur que cette photo prend vie. C'est la première fois que je prends à ce point part à une image, au-delà du "simple fait" d'avoir été là et d'avoir bien capté un instant. Je ne l'avais pas totalement réalisé ; merci à vous donc !

C'est maintenant via cette image que je continuerais à marteler : même si l'essentiel se fait souvent avant et dans la tête, pour certaines images il faut absolument mettre l'oeil dans le viseur !!!


Quand une image peut en éclipser d'autres 

C'est le revers de la médaille, j'ai le sentiment que cette image a pu éclipser, au moins un peu, ces voisines directes. Pour ceux qui sont venus, vous souvenez-vous des 2 images qui étaient à côté ? C'est bien sûr le risque quand une image capte plus qu'une autre ; elle peut avoir tendance à la croquer. C'est une illustration de l'importance de bien penser la scénographie car une expo n'est pas une suite d'individualités. Je pense que cela fonctionnait bien pour les autres pans de l'expo, mais peut-être que là, il faudrait que je vois un peu différemment la place de cette image pour qu'elle ne tire pas la couverture à elle. 


Des comportements très contrastés des visiteurs

Enfin, dernier enseignement, ou plutôt confirmation, au travers de cette image : la multiplicité des comportements face à une photo "en décalage". J'ai noté 3 types de réactions principales :

- le visiteur qui, à peine arrivé devant la photo, veut de suite savoir ce que c'est. Si vous êtes parmi ceux-là, ce qui n'est pas une tare, il est probable que je vous aie répondu "je vous laisse regarder encore un peu, et je vous le dis après, éventuellement....". Pas sûr que cette réponse ait été toujours bien prise, mais il me semble très important face à ce genre d'image de ne pas trop vite dévoiler l'histoire, car après, c'est comme un tour de magie, quand on connaît le truc, ça fonctionne forcément beaucoup moins bien.

- le visiteur qui de toute évidence s'interroge et veut comprendre, seul ; ou en tout cas, qui se laisse du temps. Souvent, il reste devant pendant de longues minutes, ou il y revient plusieurs fois avant de venir me voir pour me demander ou le dire ce qu'il pense avoir compris. C'est assez appréciable et les changes qui en suivent sont souvent intéressants.

- et enfin, le contemplatif, qui aime l'image, sans trop savoir pourquoi, et qui ne veut surtout pas savoir comment elle a été obtenue, et qui le revendique. Ces visiteurs sont assez rares, ou plutôt, ils sont rares à exprimer leur souhait de ne pas savoir. Très honnêtement, j'adore ça. Pas parce que cela m'évite une Nième explication (ça ne me dérange pas ; on est aussi là pour ça), mais parce que c'est bien comme cela que je conçois ces images : voir autrement et voir autre chose ; dans ce cas, la réalité importe peu alors autant s'en moquer.

Mais au-delà de ces différences, un point commun : la majorité des visiteurs n'est pas restée insensible. C'est donc pour moi un pari gagné.


Si je devais remonter cette expo, il est clair que je conserverais cette image. Mais je changerais sans doute un peu la scénographie en l'isolant un peu plus de ses voisines (format plus grand et sur un pan de mur à part avec plus d'espace) ; mais en la mettant toujours au coeur de l'expo, car, comme elle provoque des échanges, il est bon que ces derniers se déroulent au milieu des photos et non en périphérie. C'est ça, où bien l'enlever...

En tout cas, content que cette image vous ait plu !


Ces articles peuvent vous intéresser :
- Simuler son expo en 3D avec Google SketchUp
- En avant-première, quelques images de ma prochaine exposition au festival de Montier-en-Der 2009
- Réaliser sa première exposition
- Prix du photographe régional au concours de Montier 2009

Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier COULMIER
commenter cet article

commentaires

Francis Goussard 03/02/2010 09:42


C'est en effet une photo qui intepelle le spectateur, comme toute image abstraite; c'est bizarre, le comportement des visiteurs, qui veulent toujours savoir ce que cela représente et comment ça a
été fait, pour une photographie, alors qu'il ne leur viendrait pas à l'idée de poser la question à une peinture !


Xavier COULMIER 08/12/2009 16:26


Merci beaucoup pour vos passages sr ce "post d'observation" ;o))


Coralie 04/12/2009 16:54


C'est sûr, elle est très original et elle interpelle cette image!


Arnaud Grizard 04/12/2009 12:37


Salut Xavier,

une image qui interpelle, à coup sur.
Mais je dois dire que ce n'est pas celle qui m'a le plus impressionné lors de ton expo ..... je suis resté scotché devant 2 de tes photos de "glace" (la 5ème et la 8ème de ta galerie Formes d'H2O
3). Pour moi, c'étaient, au delà de la photo, de véritables tableaux abstraits et je pense que dans une galerie d'art, bien malin celui qui pourrait affirmer avec certitude qu'il s'agit de photos
et non de peintures (l'effet en était bien sur renforcé par le support choisi).


Encore bravo

Arnaud