Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 17:11




"Bon, ça commence à faire un moment que j'ai mon tout beau boitier numérique, il faudrait peut-être que je pense à nettoyer le capteur. En plus, j'ai l'impression de parfois voir certaines tâches louches sur mes images".





Mais comment faire ? Vous cherchez sur le net, et vous trouvez de tout (dont peut-être mon Blog). Mais vous prenez peur, car un peu comme on y cherche des infos sur une maladie : on en ressort plus inquiet qu'au départ ! Je ferai donc ça plus tard !

Faut-il faire appel à un professionnel ? Est-ce difficile ? Quels sont les risques ?...Si c'est la première fois, sûr que vous vous posez ces questions, et sans doute bien d'autres encore. Moi, je vous réponds : soyez rassuré. Ce n'est pas très compliqué, et en respectant un certain nombre de précautions, pas de raison pour que cela vous pose de gros problème.

Faire les choses dans l'ordre, choisir le bon type de nettoyage, et surtout, "relativiser", voilà quels points à mes yeux essentiels.


Pourquoi et quand est-ce embêtant une poussière ?

Une poussière vient occulter un certain nombre de photosites de votre capteur, et donc, ces derniers ne reçoivent plus la lumière ce qui se traduit par une tâche noire sur la photo. L'impact de cette poussière sur votre image sera lié à l'ouverture que vous aurez choisie lors de la prise de vue : à très grande ouverture, la poussière sera tellement "floue" que vous ne la verrez même pas ou peu, alors que si vous fermez beaucoup (par exemple f/11 ou plus) cette poussière sera bien plus visible et plus nette. Grande ouverture = tâches plus grandes mais plus floues ; petit ouverture = tâches plus petites mais plus nettes.


Attention, ne confondez pas les tâches visibles sur une photo issues de poussières sur le capteur, et celles que vous voyez dans le viseur. Ces dernières proviennent souvent de poussières déposées sur le miroir que vous observez lorsque vous enlever l'objectif.





Commencez par diagnostiquer la nécessité d'un nettoyage Avant de vous lancer dans les entrailles de votre boitier, assurez-vous qu'un nettoyage est bien nécessaire. Les antibiotiques, c'est pas automatique.
La technique est simple : prenez une photo d'un fond clair homogène avec la plus petite ouverture possible (les poussières se verront alors très bien). Un ciel bleu ou uniformément blanc fera le plus souvent très bien l'affaire. Plus vous aurez l'impression d'y voir voler des hirondelles, plus votre capteur est sale...
La première fois où j'ai fait cette expérience voilà quelques temps maintenant, j'ai vraiment eu l'impression que j'avais mangé des biscottes au-dessus de mon capteur comme le disait mon ami Sylvain!




Merci à Salomé pour m'avoir fourni ce jpeg de son capteur effectivemment bien dégueux ;o) !

Désolé, je n'ai pas d'exemple en image à vous montrez, mais n'ayez crainte, vous comprendrez de suite (si un sympathique lecteur de cet article avait cela en stock et serait OK pour me prêter une image d'illustration, je suis preneur, merci beaucoup ! ).

Mais à partir de combien d'hirondelles il faut nettoyer ? Haaa, ça c'est très relatif. Chacun a son propre niveau d'exigence. Je ne peux pas trop vous aider pour cela, je vous encouragerais simplement à relativiser (j'en reparle en fin d'article).


Des solutions adaptées à des besoins différents

Vous pourrez trouver des dizaines de solutions "bricolées" plus ou moins bon marché sur le net. J'avoue ne pas les avoir réellement utilisées car je considère que le prix du capteur justifiait un certain investissement dans du matériel d'entretien. Je ne vous présenterai donc que des solutions basées sur l'utilisation d'outils spécialement dédiés que je possède et connais.

Une notion importante à bien avoir en tête : il n'y a pas qu'un seul de type de saleté, et il y a ainsi plusieurs niveaux d'entretien, d'investissement (en temps et en argent) et de fréquence variables. 



Le plus simple et le plus fréquent : le petit coup de poire soufflante.


Beaucoup des poussières sont faciles à enlever
: légères et non grasses (et donc non collantes). Ce sont les plus fréquentes, mais aussi les moins pénibles. Un simple coup de poire suffit souvent à les déloger.
N'hésitez pas à le pratiquer régulièrement : c'est facile et sans risque car vous ne touchez pas du tout le capteur (faite néanmoins attention de ne pas toucher d'autres éléments proche du capteur).


Tenez le boitier capteur tête en bas ; d'une part, cela facilitera l'évacuation des poussières par simple gravité, et d'autre part, cela évitera qu'elles ne retombent immédiatement à l'intérieur. Pour plus de liberté dans les mouvements, vous pouvez utiliser un trépied pour maintenir l'appareil.








Pensez bien à souffler dans les coins ; les poussières vont souvent s'y planquer. Et profitez de l'occasion pour souffler un peu partout dans la chambre afin d'enlever les poussières qui peuvent y être cachées et qui ne manqueraient alors pas de tomber un jour ou l'autre sur le capteur.

Ce geste simple, que je pratique avant chaque sortie, permet de résoudre la majorité des problèmes. De plus, il ne vous en coûtera qu'une dizaine d'euros, et cela pourra vous servir pour d'autres choses (nettoyage d'optiques). A signaler qu'une bombe air sec aura le même rôle. 


Le pinceau rotatif : pas donné mais efficace !


Vous franchissez une étape, ce ne serait-ce que du fait que vous allez toucher le capteur !
Mais c'est vraiment sans danger, rassurez-vous.





"Rotatif", Kézako ? Ces pinceaux sont fabriqués à partir de fibre comportant une substance antistatique. Le fait de faire tourner la brosse (via un petit moteur situé dans le manche) permet de la recharger en électricité statique. Ainsi, un passage doux sur le capteur permet de capturer les poussières qui pourraient être "retenues" par le capteur. Elles sont parfois suffisamment "accrochées" par l'électricité statique du capteur pour que la poire soufflante ne suffit pas. Il faut faire attention de ne pas toucher les parties lubrifiées à l'intérieur du boitier, ce qui aurait pour conséquence de salir la brosse et d'en affecter l'efficacité (il existe des produits de nettoyage de ces brosses que je n'ai encore jamais essayés mais qu'il serait bon que j'emploie...).





Il faut reconnaître que cet outil n'est pas donné (une centaine d'euros), mais les performances, la simplicité d'emploi et l'absence de risque peuvent justifier ce prix et ce choix ; et d'autant plus si vous disposez d'un super capteur.

Autre avantage : le faible encombrement. Il peut sans problème vous suivre en sortie pour effectuer un rapide nettoyage sur le terrain si nécessaire.

Pour ma part, je l'utilise presque systématiquement après le coup de poire soufflante. 


Quand cela devient sérieux : un coup de serpillère !


C'est là que les sueurs froides peuvent survenir. Si les tâches ne partent pas avec les solutions douces ci-dessus, il va falloir frotter (quand je dis frotter, c'est bien sûr une image) ! Certaines tâches sont effectivement bien récalcitrantes. Vous aurez beau souffler ou tourner la brosse autant que vous le voudrez, elles ne bougeront pas. On ne parle plus de poussières, mais plus souvent de tâches grasses, sans doute issues des produits lubrifiants contenus dans votre boitier. Ces tâches peuvent être moins immédiatement visibles car elles sont plus lâches, plus étalées, plus "floues".

La solution, vous n'avez pas les choix, est d'aller nettoyer, au premier sens du terme ; un vrai laveur de vitre.

Pour cela des produits existent. Je n'entrerai pas dans un comparatif des marques (je n'en ai utilisé qu'une ; j'ai pour ma part opté pour un kit VisibleDust), je vous parlerai juste de la méthode.





La technique est donc bête comme un coup de serpillère : vous disposez de petites spatules en plastique (attention, il y a une taille par taille de capteur) munies d'une extrémité recouverte d'un tissu absorbant sur lequel vous déposez quelques gouttes de liquide nettoyant. Il faut ensuite faire un aller-retour sur le capteur afin de nettoyer cette, ou ces, tâche rebelle.

Ce n'est pas toujours une mince affaire. Même si les "marketeux" vous disent : "Un aller-retour et c'est clean ! ", ce n'est quand même pas aussi simple, mais pas non plus infaisable. D'une part, il vous faudra sans doute plus d'un passage (2, 3 voire 4 peuvent s'avérer nécessaires), et d'autre part, naviguer avec délicatesse et régularité là-dedans n'est pas toujours évident. S'il est assez facile de bien nettoyer le centre du capteur, c'est moins évident pour les bordures (et d'autant plus si vous avez un grand capteur), en particulier à l'endroit où l'on commence le nettoyage (l'un des petits bords du capteur) et là où l'on fait demi-tour (donc le petit bord opposé). Il vous faudra probablement quelques essais, et quelques nettoyages successifs pour chopper le bon coup.

Il pourra dans l'instant vous sembler que le produit laisse des traces. Ne soyez pas inquiet, le liquide s'évapore et souvent ces traces disparaissent de suite. Sinon, ce sont alors des traces grasses ; un nouveau passage serait nécessaire.

Comme dit avant, ce nettoyage est surtout destiné aux tâches grasses ; il sera beaucoup moins efficace pour les poussières qui seront ici juste poussées par la spatule mais pas enlevées de l'intérieur du boitier. Elles vont donc souvent se retrouver agglomérées sur les bords. Ne cherchez pas à les enlever avec la spatule, vous pourriez faire plus de mal que de bien. Concentrez-vous sur les tâches grasses, vous enlèverez les poussières avec l'une des 2 techniques précédentes après.





Fort heureusement, vous ne devriez pas avoir à faire ce type de nettoyage tous les jours. 1 ou 2 fois par an s'avèrent suffisant dans mon cas.
Même sans tâche grasse évidente, je vous conseille malgré tout de le faire au moins annuellement ; cela peut redonner un coup de neuf à votre capteur en enlevant une éventuelle pellicule homogène un peu grasse.


Pour limiter les risques

Les risques de cette opération sont réels, et surtout pour la dernière méthode qui est celle où l'on va réellement au contact du capteur. Mais ils sont faciles à éviter si on est suffisamment soigneux et que l'on fait attention à 2-3 choses : 

Risque de rayure : c'est à mon avis le principal danger. Si la majorité des poussières sont inoffensives ("molles"), d'autres sont coriaces et peuvent se montrer abrasives. Ainsi, si vous deviez pousser une de ces poussière sous la spatule (sur laquelle vous devez bien appliquer une légère pression pour que cela nettoie), possible que vous vous retrouviez avec une belle rayure sur tout ou partie du capteur ! Et là, pas de retour en arrière possible! Il est donc primordial de commencer par enlever les poussières via la poire soufflante et/ou le pinceau. Ca prend 2 minutes et peut sauver votre capteur. 

Risque de dommage sur d'autres éléments de votre boitier. Le capteur n'est pas le seul composant de votre boitier. Vous allez devoir naviguer à proximité d'autres petits trucs bien précis et fragiles. La règle est donc simple : soyez le plus attentif possible, pas de mouvements brusques, opérer loin de tout ce qui pourrait en occasionner (enfants, bruit qui surprend, ...) ; calme et solitude seront de bons alliés. Pensez aussi à bien mettre votre appareil à plat (capteur en haut) et même à enlever le cadre caoutchouc du viseur afin qu'il soit le plus horizontal possible.

Travaillez à la lumière ; ça semble évident, mais c'est important. De plus, en changeant l'orientation du capteur par rapport à la source lumineuse, vous pourrez repérer des poussières restantes (pas toujours évidentes à voir à l'œil). -

Pensez à avoir des batteries chargées car en cas de perte d'énergie, le miroir se rebaisse, et si vous aviez alors le nez, enfin plutôt la poire, le pinceau ou la spatule dedans, bonjour les dégâts !

Attention : certains produits sont à proscrire sur certains capteurs. Regardez bien avant d'acheter (et surtout d'utiliser) qu'il est adapté au votre.

Suivez bien les indications du manuel de l'appareil pour la procédure de relevage du miroir qui permet d'accéder au capteur.


Un point de prévention

N'oublions que le commencement de tout ceci est bien que des poussières sont venues se loger sur le capteur. Ainsi, un aspect important est bien la prévention : faire en sorte que le moins de poussières possible ne pénètrent dans l'appareil (mais ne rêvez pas, vous en aurez toujours un peu).

Faite attention lors des changements d'optiques. Pensez à changer ouverture en bas et à l'abri du vent. Ceux qui ne changent jamais d'objectifs seront bien sûr moins embêtés.

Une partie des poussières peut provenir des optiques (et notamment lentille arrière). Pensez à les nettoyer de temps un temps (un coup de poire peut suffire).





Pour finir, il me semble important de vous encourager à relativiser tout ça. Il faut bien sûr éviter un capteur super crade, cela peut ruiner une photo qu'il serait très difficile, voire impossible de rattraper en post-traitement (j'en ai 2-3 comme ça, c'est rageant ! ). Mais il m'apparait inutile de faire la chasse à la moindre poussière. Pour des poussières isolées et en nombre limité, le post-traitement reste une bonne solution, et la moins risquée (c'est un peu moins évident dans un cas de reportage où vous souhaitez livrer beaucoup d'images sans les retravailler).


Allez, bon courage à vous, mais n'ayez crainte, si vous faite gaffe, tout ira bien !


Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Conseils
commenter cet article

commentaires

aspiration centralisée 27/12/2016 15:39

Excellent article, j'avais peur mais maintenant ce n'est plus le cas. C'est clair et bien expliquer dans ton article.
Merci !

Hygiène & Développement 24/05/2014 10:50

Merci d'avoir publier cet article.

christophe 13/02/2012 18:43

super article !!!
jai aussi de la poussière sur la partie au dessus du miroire est ce que c'est un capteur .
merci de repondre .

carvalho 22/02/2010 22:29


J'ai lu avec attention. Tout cela me paraît laborieux. Je préfére faire appel à un pro.


Cyrille 05/02/2010 20:56


Bonjour,
mon message est un peu décalé mais je souhaiterai acheter une poire soufflante, pas pour nettoyer un appareil photo mais plutôt pour nettoyer un clavier d'ordinateur.
En effet, il existe des bombes dans le commerce mais je trouve que ce n'est pas très écologique :
http://www.itwpc.com/gaz-sec-odp-0_p_134.html
Pensez-vous qu'une poire comme celle que vous présentez ferait l'affaire ?
Son jet d'air est il "puissant"
Merci d'avance.