Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2009 5 04 /09 /septembre /2009 15:15

Nous avons tous un rapport différent avec le matériel photo, qu'il soit contraint ou librement choisi. Vous pouvez avoir une quantité impressionnante de matériel dernier cri, ou au contraire, un minimum d'optiques très ciblées, voire une seule. Et dans la première catégorie, vous trouverez ceux qui préfèrent avoir toujours l'ensemble de leur matériel avec eux, mais aussi ceux qui "partent léger". Je ne juge pas, hoo que non, je constate juste et nous avons tous de bonnes et/ou mauvaises raisons d'être dans l'un ou l'autre type.





    La course à l'équipement





Au tout début, y'a pas si longtemps, m'équiper était un objectif important, presque prioritaire. On commence petit, avec les moyens du bord, et si on chope le virus, c'est fini ! "Pas de trous dans les focales", vous vous l'êtes peut-être déjà dit, peut-être est-ce actuellement votre but. Je pense que nous sommes nombreux, au moins au début, mais je peux me tromper, à avoir voulu disposer du 17mm (ou moins) à 300mm (ou plus), et à les avoir toujours avec soi. Imaginez si vous passez à côté de la photo du siècle juste à cause d'une optique manquante ! Non non, trop risqué !

De plus, dans les premiers temps, nous ne sommes encore pas forcément "spécialisés", nous tâtonnons et cherchons à toucher à tout.

J'ai donc beaucoup surfé sur le net, à la recherche d'occasions. A force de bonnes opportunités, j'étais rondement équipé ; "belle satisfaction". J'avais pas mal de matos en ayant fait de jolies affaires.




 
    L'enlèvement de l'inutile






Vous vous rendez alors sans doute compte que plusieurs optiques ne mettent jamais le nez dehors, et décorent avec plus ou moins de goût une étagère qui prend la poussière. Donc, sauf si vous aimez les bibelots, possible que vous vous décidiez finalement à en revendre une partie, par pragmatisme ; en mettant pourquoi pas tout ou partie du fruit de la revente au profit une montée en gamme des optiques que vous utilisez le plus (c'est notamment comme cela que mon parc optiques macro à évoluer).

L'avantage, c'est que vous avez pu essayer, vous avez un avis, modeste, sur un large panel d'optiques ; et surtout, en ayant eu sous la main ce parc, à moindre frais (car en achetant d'occasion, vous ne perdez pas ou peu d'argent, les optiques se dépréciant peu), vous avez identifié ou conforté vos orientations photographiques en voyant quels objectifs étaient le plus souvent vissés sur l'appareil.

Très rapidement, me voici donc à revendre des optiques telles que : Canon 70-200/4, FishEye 8mm, Canon 85/1.8, Canon 17-40/4, Sigma 20/1.8, Canon 300/4, puis Canon 300/2.8 et converters x2 et x1.4 (beaucoup plus récemment pour ces derniers) ; et pour ne parler que de celles dont je me suis séparé du fait de leur quasi inutilité. Bien sûr, je n'avais pas acheté ni revendu tout ça d'un coup, et les opérations d'achat et de revente se chevauchent dans le temps.
Autant dire que le sac à fondu !! Il ne comporte plus maintenant que le Sigma 150/2.8 Macro, le Canon 65/2.8 MP-E, un Canon 50/1.8 (que je pourrais aussi très bien revendre, mais à la vue de son prix, autant garder cette superbe petite optique) et un modeste Canon 28/2.8 dont l'autofocus est mort.

Je bosse en forêt, et bien c'est pareil : on enlève un certain nombre d'arbres pas super au profit d'autres plus intéressants qui vont ainsi être en encore meilleure forme (on appelle cela une coupe d'amélioration ; ça porte bien son nom). Et bien, si vous êtes passé par l'étape "beaucoup de matériel", pensez donc à une opération "revente d'amélioration" ; vous n'en ferez sans doute que de plus belles images.





   Ne plus faire qu'un







Une prochaine étape (la dernière pour moi ici) est de partir le plus léger possible. Pas forcément en poids, mais en équipement.

L'idée est de sortir qu'avec une seule optique. Il faut être en mesure de l'identifier a priori. Cela dépendra bien sûr du site et des sujets, mais surtout de votre état d'esprit : c'est aussi bête et évident que de se poser la question "Tiens, je ferais bien quoi aujourd'hui?". L'avantage est que vous serez alors à 100% dans le monde auquel cette optique vous donne accès. Vos yeux et esprit y seront totalement intégrés, et non dispersés à droite ou à gauche. Vous shooterez peut-être moins (et encore, pas sûr du tout), mais je suis convaincu que vous photos seront meilleures car vous aurez été à fond dedans. En d'autres termes, vous "verrez peut-être un peu moins", mais vous "verrez nettement mieux" ; et passerez peut-être de "beaucoup de photos moyennes" à "moins de photos mais plus profondes". A vouloir tout faire, il est fréquent qu'on ne fasse que survoler. Et puis, il y a aussi la liberté de mouvement retrouvée ; plus de sac encombrant à vous traîner !

"Tout ceci me semble bien risqué" me direz-vous ? "Et si on tombe sur un super truc et que je n'ai pas le bon matos"!? Ce "risque" existe bien sûr (tout comme celui de rater un super insecte parce que vous n'avez pas eu le temps de changer le 300mm pour le 100 Macro qui se planque au fond du sac), mais à mon avis, il est réduit car si notre œil et notre esprit sont essentiellement concentrés sur ce que notre matériel nous permet de photographier, nous ne voyons pas le reste.

Résumons une chronologie possible : course à "pas de trous dans les focales", puis enlèvement des inutiles, puis amélioration des indispensables, puis sortie avec un seul d'entre eux.
C'est en tout cas comme cela que cela s'est passé pour moi, et j'en suis ravi !

Un jour où vous serez bien dans vos pompes, où vous sentirez bien la sortie qui s'annonce, osez la faire avec un seul objectif (bon, bien sûr tout ceci est un peu moins vrai pour les adeptes du 500mm qui n'ont souvent que ce dernier sur le dos), vous ne serrez sans doute pas déçu...



Ces articles peuvent peut-être vous intéresser :

- Le dernier édito de Guy-Michel Cogné
- Mon chemin vers le Sigma 150/2.8 EX HSM Macro
- Acheter son matériel photo d'occasion.


Partager cet article

Repost 0
Published by Xavier COULMIER - dans Conseils
commenter cet article

commentaires

daymadi-T 09/06/2011 23:32


Je suis completement d'accord de ton opinion sur ce sujet. Mais avec un zoom , tu es encore ...plus lourd que moi ( Emoticone souriante !). Je sors souvent avec un 18mm/3.8 S.Elmar fixe et je suis
content.
Il est tres bien ton Blogg, c'est pas souvent on tombe sur des perles rares ...comme ca.


Xavier COULMIER 28/09/2009 15:30


Merci de vos passages !

Thierry : je ne dis pas que j'ai une "unique merveille", je dis surtout que j'en ai une en fonction de la situation, de mon état d'esprit. Néanmoins, le plus souvent monté est le Sigma 150/2.8


Didier Vereeck 05/09/2009 12:39

Oui, j'adhère à l'idée de peu d'équipement, surtout parce que je me préfère me concentrer sur un seul type de photos à la fois. Pendant longtemps, je n'ai eu qu'un 18 et un 200 macro, avec lesquels j'ai tout de même fait un livre (primé qui plus est).

Depuis j'ai en plus un 24 et un 105 mais je n'utilise jamais tout en même temps
- le 105 si je fais de la macro de fleurs, et alors je suis léger (pas de pied)
- le 200 si je fais de l'abstrait ; et alors je suis lourd avec mon trépied de 6 kg
- le 24 en paysage à pied sur quelques heures
- le 18 en photo de ruisseau ou de lac
- l'ensemble pour les longues randos mais il y a des phases selon les heures et les lieux, aussi je change peu d'objectifs, gardant le même pendant une heure ou plus.

Bien sûr, on rate des trucs, mais je vois surtout ce que je fais et que je n'aurais pas fait car moins concentré !

Par contre, j'ai tendance à évoluer dans le sens inverse de que tu décris : 2 objectifs puis 4, et je compte si je peux m'équiper autrement… pour renouveler ma démarche !

Thierry Lampe 05/09/2009 11:38

Bien vu Xavier ! Et dans ton cas, cette unique merveille c'est quoi ?

Je fais de l'animalier, principalement en forêt, et je n'emporte que mon Sigma 120-400. Il est plus que correct pour la grande majorité des situations, bien que manquant un peu de luminosité. Pour les plans plus larges, j'emporte toujours avec moi un compact, qui ne prend pas de place.
Je ne fais pas ou extrêmement peu de macro, ça limite évidemment le matos à emporter.

michel 05/09/2009 11:37

Bonjour, article très intéressant, il montre bien le problème de l'équipement. En ce qui me concerne, avant de partir je sais quelles types de photos je veux faire, par conséquent je n'apporte que l'objectif adéquat : photos paysages, panoramiques, photos sports le Nikon 24/120, photos macros, le 60mm macro Nikon, et depuis peu animalier, le 120/400 os Sigma.
Si je vais comme ce week-en "couvrir" un évènement sportif qui dur 24 heures, j'apporte en plus du 24/120, 2 flashs, 2 trépieds pour flash, pour réaliser des portraits, ou pour faire mes photos de nuit. Voilà ma façon de faire. Bon week-end, Michel